Message d’invitation au CODOFE

Cher(e)s collègues,

Nous avons le plaisir de vous convier au Colloque des Doctorants de la Fédération Sciences Sociales Suds (CODOFE) qui se tiendra:

le 17 novembre 2016 de 9h à 18h
au CNRS-Ivry, 27 rue Paul Bert
Métro Porte d’Ivry, ligne 7

Il aura pour thématique “Les catégories d’analyse à l’épreuve du terrain”.
Le discours d’ouverture sera donné par Jean Copans.

Le programme détaillé est en pièce jointe. Petit déjeuner, déjeuner et cocktail sont prévus.

En espérant vous y retrouver nombreux.
Bien à vous,

Le comité d’organisation

Programme du CODOFE

Le programme du CODOFE 2016 est disponible en cliquant sur le lien suivant: programme-codofe-2016

Vous êtes toutes et tous bienvenu-e-s le 17 novembre 2016 au CNRS Ivry!

 

9h00 Petit déjeuner de bienvenue
9h20 Introduction F3S – Gilles Guiheux, Paris Diderot-CESSMA
9h30 Discours d’ouverture – Jean Copans

10h Catégories des acteurs Vs. Catégories théoriques
– Acteurs et usages des catégorisations sociales : autour des bouffons rituels kɔrɔdugaw du Mali
Laure Carbonnel, Paris Nanterre, LESC
– La « sorcellerie » : problématique catégorie des pouvoirs au sein de l’Eglise de Zéphirin
Fred O.Biyela, Paris Descartes, CEPED
– Discussion : Emmanuel Desveaux, EHESS-LIAS

11h20 Pause

11h30 Des catégories d’analyse créées ou redéfinies à l’aune du terrain de recherche
– Médecines « traditionnelle » et « moderne » confrontées à la lutte contre le paludisme
Andry Herisoa Andrianasolo, Université de Bourgogne, CEPED
– Combats de bâtons de Trinidad
Florabelle Spielmann, Paris Nanterre, LESC
– Discussion : Sylvie Fanchette, IRD-CEPED

12h50 Déjeuner

14h15 Des catégories d’analyse créées ou redéfinies à l’aune du terrain de recherche (suite)
– Espace résidentiel : une catégorie qui masque la diversité des fonctions, des usages et des appropriations
Gilles Martinet, Sorbonne Nouvelle, CREDA
– Les tentatives d’une approche trans-caribéenne face aux discontinuités et à l’isolement du terrain
Morgane Le Guyader, Université des Antilles, CRPLC
– Discussion : Olivier Leservoisier, Paris 5-CEPED

15h35 Pause

15h45 Les catégories comme outil de pouvoir/source de hiérarchie
– Comprendre le renversement du stigmate de la victime : l’exemple des femmes réfugiées
Lucie Laplace, Lumière Lyon 2, Triangle
– Cette étrange condition que celle de « chercheur-e-s issu-e-s du Sud »
Christelle Fifaten Hounsou, Paris Diderot, URMIS
– La reconfiguration du clivage Nord-Sud à l’épreuve des migrations Sud-Sud
Eugène Arnaud Yombo Sembe, Université de Yaoundé, GRAPS
Discussion : Jocelyne Streiff-Fénart, CNRS-URMIS & Hugo Bréant, Paris 1-CESSP

17h45 Discours de clôture – David Dumoulin, Paris 3-CREDA
18h Cocktail de clôture

Call for papers

codofelogo

When fieldwork challenges categories

The purpose of this conference is to question how young researchers use and invent categories of analysis.

Notions of “South” or “cultural areas” gave the possibility of interdisciplinary dialogue and helped the research to make major progress. Moreover, they played a key role in the division of academic institutions and in the mobility of researchers. Yet these notions, as any category, are historically meaningful. Even if the terms “North” and “South” refer to neutral cardinal points, these categories replaced former dichotomies such as “West/East”, “West/Third World”, “developed countries/developing countries”, “colonizers/colonized”, they may induce risks of ethnocentrism. In North America and in several European research laboratories, similar questions can be studied through the scope of “cultural areas” : asian studies, latin-american studies, etc. But by linking territories and cultures in a globalized world, the category “cultural area” limits the analysis of circulations and social hybridizations.

Do these divisions in the research landscape still correspond to contemporary realities of our fieldworks? Are they still relevant while in some F3S’ laboratories half of the young researchers come from the “South”? Are they still “operative” when researchers study social phenomena in the “North” and the “South” with new concepts which transversely enrich the social sciences all around the world? In social and human sciences research on cultural and geographical areas which are often separate, is it possible to avoid these categories to study human beings  in its entirety?

The scientific process, as an ongoing process of challenging standard knowledge, constructs, deconstructs and reconstructs new categories [1]. This construction work is also a question of linguistics on words’ meanings [2, 3]. The scientific and academic traditions, as well as the practical difficulties of a fieldwork often lead young scientists to play and workaround with realities [4]. The increasing number of scientists from the so-called “South” countries has a gradual impact on research questions and problematics. Their shifted point of view on the same fields make them redesign the analytical categories of their colleagues.

The young scientists who would like to participate in this conference are invited to consider their research practices, to explain how they adapt and interpret existing categories of analysis, how they get inspired by investigation methods and research theories (for example, using intersdisciplinarity, comparatism, “studies” – global studies, subaltern studies, cultural studies, urban studies – or concepts such as intersectionlity, transnationalism, circulations,…) and even how they suggest new categories.

  1. To which extent did categories have an impact on the design of your research project?
  2. To which extent did categories have an impact on the preparation of your fieldwork and the design of your investigation tools and methods?
  3. To which extent did your fieldwork modify the categories you initially considered?
  4. To which extent did you twist your data so that they fit the categories you initially considered?

Any topic is welcome but we will be especially interested in papers that precisely describe processes of such operations and that highlight practical difficulties – scientific, professional, political, semantic, personal – that these operations can produce.

[1] Florence Delmotte et Denis Duez (dir.), Les frontières et la communauté politique. Faire, défaire et penser les frontières, Bruxelles, Presses de l’Université Saint-Louis, 2016, 252 pages.

[2] Ludwig van Bertalanffy, Théorie générale des systèmes, Chap. 10 – La relativité des catégories, Paris, Ed. Dunod, 1973 (1968), pp. 227-254

[3] Louis Quéré, La valeur opératoire des catégories, Cahiers de l’URMIS, n°1, 1995

[4] Roger Bastide, “Mémoire collective et sociologie du bricolage”, L’Année sociologique, vol. 21, 1970, pp. 65-108

Practical information

This conference, conceived and prepared by PhD students of the F3S, is thought to be an opportunity for young researchers (PhD students, Post-Docs, young doctors) from any field of research to exchange and share experiences. A cocktail party will be organized at the end of the conference.

Authors should provide a short abstract of their paper (500 words max. – excluding bibliography) to codofe2016@gmail.com, showing the topic, the field of research, the methods and the theoritical framework. Once selected, authors should provide the final paper, between 4000 and 8000 words.

Important dates:

  • 15/07/2016: Submission deadline for abstracts (500 words)
  • 15/09/2016: Authors receive notification of the acceptance of their paper
  • 30/10/2016: Deadline for sending papers (4000 to 8000 words)
  • 17-18/10/2016: Conference date
  • Mid-2017: Potential collective publication based on a selection of papers

 

Abstracts and papers should include:

  • Your name
  • Your status (PhD students, Post-Docs, young doctors)
  • Your research center and/or university
  • The title of your paper

Social Sciences Souths Federation (F3S)

Created in the frame of PRES Sorbonne Paris Cité, the Social Sciences Souths Federation (F3S) gathers four interdisciplinary laboratories dedicated to studies on problematics specific to countries from the “South”: CEPED (Center population and development, Paris Descartes Université – IRD), CESSMA (Center for studies in social sciences on african, american and asian worlds, Paris Diderot Université – INALCO – IRD), CREDA (Center for research and documentation on the Americas, Paris Sorbonne Nouvelle Université) and URMIS (Research unit on migrations on societies, Paris Diderot Université – Sophia Antipolis Université – CNRS, IRD).

Organizing committee

Eliza Benites, Sociology, CREDA, Sorbonne – Nouvelle Université

Marine Bismuth, Anthropology, URMIS, Paris Diderot Université

Giulia Breda, Anthropology, URMIS, Sophia Antipolis Université

Nicolas Fayette, Sociology, CREDA, Sorbonne Nouvelle Université

Elodie Gamache, Political science, CREDA, Sorbonne Nouvelle Université

Ludovic Joxe, Sociology, CEPED, Paris Descartes Université

Eleni Lazidou, History, CESSMA, INALCO

Tatiana Medvedeva, Anthropology, URMIS, Paris Diderot Université

Elsa Paris, History, CESSMA, Paris Diderot Université

Joseph Désiré Som I, Sociology, CEPED, Paris Descartes Université

Charlotte Vampo, Anthropology, CEPED, Paris Descartes Université

Scientific committee

David Dumoulin, MCF, Sociology, CREDA, Sorbonne Nouvelle Université

Véronique Dupont, DR, Demographics, CESSMA, Institut de Recherche pour le Développement

Laurent Faret, PR, Geography, CESSMA, Paris Diderot Université

Etienne Gérard, DR, Sociology, CEPED, Institut de Recherche pour le Développement

Gilles Guiheux, PR, Sociology, CESSMA, Paris Diderot Université

Nolwen Henaff, CR, Economics, CEPED, Institut de Recherche pour le Développement

Odile Hoffmann, DR, Geography, URMIS, Institut de Recherche pour le Développement

François-Michel Le Tourneau, DR, Geography, CREDA, Sorbonne Nouvelle Université

Nicolas Puig, CR, Anthropology, URMIS, Institut de Recherche pour le Développement

Dominique Vidal, PR, Sociology, URMIS, Paris Diderot Université

Appel à communications

codofelogo

Les catégories d’analyse à l’épreuve du terrain

L’objectif du colloque est d’interroger les usages et la production de catégories d’analyse par les jeunes chercheurs en sciences sociales.

La notion de “Sud(s)” tout comme la notion d’“aires culturelles” ont offert la possibilité d’un dialogue transdisciplinaire et ont accompagné l’essor de la recherche. Par ailleurs, elles ont joué un rôle décisif dans l’organisation des institutions académiques et dans la mobilité des chercheurs. Or, ces notions, à l’instar de n’importe quelle catégorisation, sont le fruit d’un parti pris porteur de sens et de poids historique. Ainsi, bien que les termes “Nord” et “Sud” renvoient à des points cardinaux physiquement neutres, ces catégories ont remplacé des dichotomies antérieures telles qu’Occident/Orient, Occident/Tiers-Monde, pays développés/ en voie de développement, pays colonisateurs/colonisés et comportent un risque d’ethnocentrisme. En Amérique du Nord ou au sein de certains laboratoires européens, des questions similaires peuvent également être étudiées sous le prisme des “aires culturelles”: asian studies, latin-american studies, etc. Mais en établissant une stricte correspondance entre territoires et cultures dans un monde globalisé, la catégorie “aire culturelle” limite l’analyse des circulations et des hybridations sociales.

Ce type de découpage du paysage de la recherche correspond-il encore à des réalités contemporaines sensibles sur nos terrains d‘investigation? Est-il aujourd’hui toujours pertinent alors que, au sein de certains des laboratoires de la fédération F3S, la moitié des jeunes chercheurs (doctorants et post-docs) sont issus de ces pays dits du “Sud”? Est-il toujours “opératoire” alors que les chercheurs étudient des phénomènes sociaux aussi bien au “Nord” qu’au “Sud”, avec l’apparition de nouveaux concepts enrichissant de manière transversale les recherches en sciences sociales de par le monde ? Dans la recherche en sciences humaines et sociales sur des aires culturelles et géographiques souvent distinctes, est-il possible de se départir de ces catégories pour étudier l’humain dans sa globalité, sous le prisme des sciences sociales ?

Le processus scientifique, en tant que processus continu de remise en cause des savoirs normalisateurs existants, construit, déconstruit et reconstruit de nouvelles catégories [1]. Ce travail de construction est aussi une réflexion linguistique sur le sens des mots [2, 3]. Le poids des traditions scientifiques et institutionnelles, ainsi que les difficultés inhérentes à la réalisation d’une enquête conduisent souvent les jeunes chercheurs à adopter une démarche de “bricolage” [4]. Le nombre croissant de chercheurs issus des pays dits du “Sud” impacte progressivement les questions et problématiques soulevées. Leur regard décalé sur les mêmes terrains d’enquête les oblige à repenser les catégories d’analyse de leurs collègues.

Les jeunes chercheurs souhaitant participer à ce colloque sont invités à mener un retour réflexif sur leurs pratiques de recherche, à expliquer comment ils s’approprient des catégories d’analyse existantes, les interprètent, s’inspirent des méthodes d’enquête ou des théories de recherche (par exemple en ayant recours à l’interdisciplinarité, au comparatisme, aux “studies” – global studies, subaltern studies, cultural studies, urban studies – ou à des concepts tels que intersectionnalité, transnationalism, circulations,…), voire en proposent de nouvelles.

  1. Dans quelle mesure l’usage des catégories a participé à la conception de votre projet de recherche?
  2. Dans quelle mesure l’usage des catégories a induit la préparation de votre terrain, la conception de vos outils et méthodologies d’enquête?
  3. Dans quelle mesure les catégories que vous aviez envisagées ont-elles dû être remises en cause par la confrontation avec le terrain?
  4. Dans quelle mesure avez-vous fait subir à vos données de terrain une torsion pour qu’elles correspondent aux catégories initialement envisagées?

Si toutes les thématiques sont les bienvenues, nous porterons toutefois une attention particulière aux travaux qui décriront finement les processus de telles opérations et qui mettront en perspective les difficultés concrètes – scientifiques, professionnelles, politiques, sémantiques, personnelles – qu’elles peuvent induire pour le/la jeune chercheur lorsqu’il/elle interroge les limites des catégories d’analyse.

[1] Florence Delmotte et Denis Duez (dir.), Les frontières et la communauté politique. Faire, défaire et penser les frontières, Bruxelles, Presses de l’Université Saint-Louis, 2016, 252 pages.

[2] Ludwig van Bertalanffy, Théorie générale des systèmes, Chap. 10 – La relativité des catégories, Paris, Ed. Dunod, 1973 (1968), pp. 227-254

[3] Louis Quéré, La valeur opératoire des catégories, Cahiers de l’URMIS, n°1, 1995

[4] Roger Bastide, “Mémoire collective et sociologie du bricolage”, L’Année sociologique, vol. 21, 1970, pp. 65-108

Détails pratiques

Cette rencontre, pensée et organisée par les doctorant.e.s de la F3S, se veut aussi un lieu d’échanges entre jeunes chercheur.e.s (doctorant.e.s, postdoctorant.e.s, jeunes docteur.e.s) de toutes disciplines souhaitant mettre en commun leurs expériences de recherche. Le colloque sera clôturé par un cocktail.

Les propositions sont à envoyer aux coordonnateurs du colloque à codofe2016@gmail.com et dans la limite de 3000 signes (espaces compris – hors bibliographie) ou 500 mots, présentant l’objet empirique, la discipline, l’axe (ou les axes) dans lequel s’inscrit la proposition, les méthodes utilisées et le cadre théorique de la communication. Une fois retenu.e.s, les participant.e.s devront envoyer une communication de 4000 à 8000 mots.

L’organisation du colloque se déroulera selon le calendrier suivant :

  • 15 juillet 2016 : dernier délai pour l’envoi des propositions
  • 15 septembre 2016 : communication de l’acceptation des propositions
  • 30 octobre 2016 : envoi des communications écrites
  • 17-18 novembre 2016 : organisation du colloque à Paris
  • Une publication collective post-colloque est envisagée mi-2017 sur la base d’une sélection des articles

Les propositions devront indiquer :

  • Les noms et prénoms de l’auteur.e
  • Le statut (doctorant.e, docteur.e, post-doctorant.e, etc.)
  • L’institution de rattachement
  • Le titre de la communication

Fédération Sciences Sociales Suds (F3S)

Créée dans le cadre du PRES Sorbonne Paris Cité, la Fédération Sciences Sociales Suds (F3S), rassemble quatre laboratoires pluridisciplinaires consacrés à l’étude des problématiques propres aux pays dits du Sud : le CEPED (Centre Population et Développement, Paris – Descartes – IRD), le CESSMA (Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques, Paris – Diderot – INALCO – IRD), le CREDA (Centre de recherches et de documentation des Amériques, Paris – Sorbonne nouvelle) et l’URMIS (Unité de recherche migrations et sociétés, Paris – Diderot – Sophia – Antipolis – CNRS, IRD).

Comité d’organisation

Eliza Benites, Sociologie, CREDA, Université Sorbonne – Nouvelle

Marine Bismuth, Anthropologie, URMIS, Université Paris Diderot

Giulia Breda, Anthropologie, URMIS, Université Sophia Antipolis

Nicolas Fayette, Sociologie, CREDA, Université Sorbonne Nouvelle

Elodie Gamache, Science politique, CREDA, Université Sorbonne Nouvelle

Ludovic Joxe, Sociologie, CEPED, Université Paris Descartes

Eleni Lazidou, Histoire, CESSMA, INALCO

Tatiana Medvedeva, Anthropologie, URMIS, Université Paris Diderot

Elsa Paris, Histoire, CESSMA, Université Paris Diderot

Joseph Désiré Som I, Sociologie, CEPED, Université Paris Descartes

Charlotte Vampo, Anthropologie, CEPED, Université Paris Descartes

Comité scientifique

David Dumoulin, MCF, Sociologie, CREDA, Université Sorbonne Nouvelle

Véronique Dupont, DR, Démographie, CESSMA, IRD

Laurent Faret, PR, Géographie, CESSMA, Université Paris Diderot

Etienne Gérard, DR, Sociologie, CEPED, IRD

Gilles Guiheux, PR, Sociologie, CESSMA, Université Paris Diderot

Nolwen Henaff, CR, Economie, CEPED, IRD

Odile Hoffmann, DR, Géographie, URMIS, IRD

François-Michel Le Tourneau, DR, Géographie, CREDA, Université Sorbonne Nouvelle

Nicolas Puig, CR, Anthropologie, URMIS, IRD

Dominique Vidal, PR, Sociologie, URMIS, Université Paris Diderot

CODOFE 2016

La Fédération Sciences Sociales Sud (F3S) qui réunit 4 laboratoires (CEPED-CREDA-CESSMA-URMIS) organise la deuxième « édition » du colloque des doctorants de la fédération CODOFE qui aura lieu en fin novembre 2016.

Les catégories d'analyse à l'épreuve du terrain